Le droit à la réparation soutenu en Suisse

Photo : Greenpeace / Joël Hunn

Un récent sondage de Greenpeace le montre : les consommateurs et consommatrices suisses souhaitent clairement pouvoir réparer leurs appareils, leur mobilier ou tout autre objet de consommation. Le coût élevé des réparations et l’impossibilité technique sont les principaux freins pour redonner une seconde chance aux objets. Des solutions existent : réparer soit-même ou confier la réparation à une entreprise de l’économie sociale et solidaire !

Fréquenter un Repair Café est une formidable occasion d’apprendre à réparer soi-même les appareils et objets les plus courants. Grâce à la FRC et ses partenaires (dont Emmaüs Jura) l’offre s’est étoffée dans le Jura. C’est souvent 70% des objets qui rentrent à la maison en pouvant servir à nouveau.

Une autre façon de remettre dans le circuit des objets est de confier leur réparation à des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS). Comme elles ne doivent par répondre à des impératifs dictés par des actionnaires avides ou des logiques de surproduction, ces entreprises peuvent proposer des réparations à des prix raisonnables. Les entreprises de l’ESS ne sont pas forcément des organisations caritatives ou des organismes subventionnés. En Suisse existent aussi des entrepreneurs et des entrepreneuses qui se font rémunérer raisonnablement pour leur travail tout en partageant la valeur ajoutée produite et en respectant notre environnement.

Dans quelques mois, ces services seront également disponibles en Ajoie ! Abonnez-vous à notre infolettre pour être informé !

Prochain Repair Café à Porrentruy, Galerie du Sauvage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code