14 juin : Tout bouge mais rien ne change pour les femmes

Ce 14 juin, un peu partout en Suisse, les femmes se réunissent pour rappeler que l’égalité des droits et des conditions entre femmes et hommes n’est pas encore réalisée chez nous. Chez Emmaüs l’égalité est au coeur des combats que nous menons. Et pourtant, comme beaucoup d’organisations, nous avons encore tant à améliorer, au sein-même de nos structures !

Lucie Coutaz, une personnalité clé du mouvement Emmaüs, crédit Emmaüs International

Notre mouvement doit beaucoup à l’engagement de Lucie Coutaz. Sans cette femme, notre organisation n’aurait sans doute pas connu le développement extraordinairement à travers le monde que nous vivons aujourd’hui. Et pourtant. Qui connaît vraiment Lucie ? Durant près de quarante ans cette femme a été aux côtés de l’Abbé Pierre. Elle partagera les charges de ses différentes fonctions officielles et le soutiendra sans cesse jusque dans les moments les plus difficiles. Lorsqu’un jour on lui demande de parler de l’aventure d’Emmaüs, elle expliquera que « c’est une très belle histoire à raconter […]. Cependant, quand on [la] vit, ce n’est pas toujours aussi amusant. Il y a eu forcément bien des larmes, bien des peines … et ça, c’est la vue prise de l’intérieur, et c’est tout de même assez différent, puisque c’est la banalité des humbles travaux de chaque jour. » Les humbles travaux de chaque jours : c’est souvent ce qu’une moitié du monde réalise sans que l’autre moitié reconnaisse la valeur de cet engagement. Aujourd’hui Lucie n’est plus plus… les inégalités persistent.

Merci à toutes les femmes d’Emmaüs Jura !

Près de 80% des bénévoles chez Emmaüs Jura sont des femmes !

Chez Emmaüs Jura, les femmes sont essentielles à la bonne marche de nos activités. Les chiffres sont implacables : sans elles, sans leur engagement et leurs talents, notre association ne pourrait pas accomplir ses missions !

Emmaüs JuraPourcentActivesPourcent
Nombre de membre66100%
Femmes4568%3079%
Hommes2132%821%
Total38100%
Statistiques des membres d’Emmaüs Jura

Si en Suisse les inégalités sont toujours présentes, ailleurs dans le monde elles sont criantes !

Dans la plupart des pays et des cultures, en dépit des efforts déployés depuis des années, les jeunes filles et les femmes subissent encore le poids des mécanismes du système patriarcal. Ce sont également les premières à assumer la charge du travail domestique.  Leurs droits sont souvent limités ou bafoués en termes d’éducation, de santé ou de contraception, de déplacement, d’emploi ou de rémunération, de propriété (en cas de divorce ou d’héritage), etc.  Si les politiques publiques ont vocation à défendre l’intérêt général, alors elles doivent commencer par lutter efficacement contre les violences et les inégalités qui affectent les femmes, ce qui passe nécessairement par la participation de ces dernières aux décisions qui les concernent.

https://www.ourvoicesmatter.international/revendication/garantir-lacces-des-femmes-a-la-vie-politique-et-economique-et-lutter-contre-les-inegalites-et-les-violences-dont-elles-sont-victimes/

Chez Emmaüs nous nous engageons pour garantir l’accès des femmes à la vie politique et économique, et lutter contre les inégalités et les violences dont elles sont victimes.

Garantir une migration sûre

Le 15 mai, le peuple suisse décidera si la Suisse doit adopter les nouvelles règles de l’Union européenne concernant l’Agence européenne de protection des frontières, « Frontex ». Cette agence de garde-frontières est la plus grande de l’UE. Dotée d’un budget de 5,6 milliards d’euros, elle disposera bientôt d’une armée de 10 000 gardes-frontières. Frontex est responsable de violences faites à des personnes cherchant une protection et une vie meilleure : de nombreuses preuves ont été révélées par des journalistes et par des groupes de défense des droits de l’Homme.

Emmaüs Lublin, accueil et hébergement des personnes réfugiées

Les politiques militarisées de la forteresse européenne ont tué plus de 44 764 personnes depuis 1993 : noyées en Méditerranée; abattues aux frontières; mortes par suicide dans des centres de détention, torturées et tuées après avoir été expulsées.

Emmaüs Jura estime que les ressources investies dans Frontex seraient plus utiles pour permettre un accueil digne et lutter contre les sources des souffrances qui mènent à l’exode.

L’Europe et la Suisse doivent assumer leurs responsabilités en acceptant sans réserve tous ceux et toutes celles qui fuient les conflits par une application généreuse du statut de réfugié, sans traitement différencié des personnes en fonction de leur nationalité, leur race, leur religion ou leur origine. Plutôt que de refouler, garantissons une migration sûre.

Dans les pas d’un réfugié – Crédit : https://flucht-fuir.ch/fr/home/

Réfugiés, migrants, étrangers, demandeurs d’asile ?

Fuir

Les suisses émigrants

Dans les pas d’un migrant

Solidarité avec l’Ukraine : ce que fait Emmaüs Jura

Depuis les premiers jours de l’agression russe de l’Ukraine, le mouvement Emmaüs s’engage par des actions de solidarité. Après un mois de destructions et de souffrances occasionnées injustement, le soutien s’organise pour assurer une solidarité tenant compte du long terme et la prise en compte de toutes les souffrances.

Crédit Emmaüs Europe

Emmaüs Jura répond aux besoins des groupes du mouvement en Ukraine, en Pologne et en Roumanie en contribuant au fonds d’urgence créé par Emmaüs Europe. Ce fonds sert, entre autres, à soutenir financièrement les communautés ukrainiennes d’Oselya et Nasha Khata, dont toutes les activités génératrices de revenu sont à l’arrêt depuis le début de l’agression, mais qui poursuivent leurs activités d’accueil de compagnes et compagnons, d’aide aux personnes sans abri de la région de Lviv et d’accueil des réfugié.es des régions sous le feu des bombardements. En Pologne, Emmaüs Jura soutien particulièrement la communauté de Lublin avec qui un partenariat est établi depuis plus de 20 ans. Chaque jour, ce sont des centaines d’Ukrainien.es qui bénéficient de l’accueil et de l’aide de nos collègues en Pologne.

Crédit Emmaüs Europe

Dans le canton du Jura, nous répondons aux besoins urgents et fournissons le matériel nécessaire à l’accueil de réfugié.e.s en lien avec la cellule de coordination cantonale. Emmaüs étant « le préliminaire et le complément de toute lutte pour la justice » nous menons nos actions dans notre sphère de responsabilité tout en garantissant la pérennité de notre organisation qui doit permettre aux plus faibles et à tous les exclus de revendiquer leurs justes droits à long terme.

La souffrance, comme la justice, est universelle et nous appelons l’État à assumer ses responsabilités en accueillant inconditionnellement toutes les personnes qui fuient les conflits et par une application généreuse du statut de réfugié sans traitement différencié des personnes selon leur nationalité ou leur origine.


Un cabas écosolidaire

Le suremballage est un des symptômes de notre surconsommation. Qu’il soit en plastique, en papier ou en carton, un emballage a toujours un impact sur notre environnement et notre climat. Le « cabas écosolidaire » est une initiative de la commune de Boncourt qui démontre qu’une réflexion collective quant aux emballages peut modifier positivement nos habitudes de consommation et notre société.

Trois femmes actives pour l’écosolidarité

Le « cabas écosolidaire » est bien plus qu’un joli accessoire de mode bien pratique : c’est la démonstration qu’ensemble nous pouvons être « provocateurs de changement ». Ou plutôt provocatrices ! Car ce projet est le résultat de la collaboration de trois femmes actives et engagées !

De g. à d. : Ludivine Manz (Conseillère communale de Boncourt), Denise Petitpierre (couturière indépendante,D À Coudre Buix) et Prisca Moritz (coresponsable, Emmaüs Jura)

Fin de l’été 2021, Ludivine Manz, veut mettre en œuvre une idée que lui a soufflée un de ses collègues du conseil communal de Boncourt. Elle s’adresse à Emmaüs Jura afin de mettre à disposition des consommateurs et consommatrices citoyen.ne.s du village un sac multi-usage pour remplacer les sacs plastiques ou papiers et réduire l’utilisation d’emballages inutiles tout en soutenant les commerçants locaux. Prisca Moritz, coresponsable chez Emmaüs Jura se rend bien vite compte que si la matière première (tissus) ne manque pas chez Emmaüs, le savoir-faire et les ressources humaines dont dispose l’association ne suffiront pas à répondre à la demande de la commune. Elle pense alors à D À Coudre. Qui de mieux placée qu’une couturière indépendante installée dans le village voisin et de surcroit partenaire et cliente d’Emmaüs de longue date ? Avec l’appui professionnel de Denise Petitpierre, le trio forme une équipe engagée et écosolidaire.

Trois organismes pour un partenariat Public-Privé

Ce projet est aussi la démonstration que des partenariats entre organisations de différents secteurs favorisent la transition écologique au niveau local. Ludivine, Denise et Prisca représentent chacune des organismes qui ont tout à gagner en instaurant des coopérations : collectivité publique, entreprise privée et organisation de la société civile. Chacun.e peut apporter une contribution significative pour qu’une action à impact environnemental et social se réalise rapidement et dans de bonnes conditions. Toutes sont conscientes que ce n’est pas l’utilisation de cabas, même écosolidaires, qui nous évitera la catastrophe climatique qui s’annonce. Apprendre à coopérer, s’informer sur les effets de notre surconsommation et modifier nos comportements ou faire preuve de solidarité et d’entraide sont autant de premiers pas qui conduiront vers plus de résilience sur les territoires de vie.

Trois objectifs du développement durable au niveau local

Une action telle que celle menée par les trois partenaires répond au niveau local à trois objectifs du développement durable (ODD).

En collaborant avec une entreprise sociale et solidaire comme Emmaüs, contribuant ainsi directement ou indirectement à la réduction de la pauvreté dans le Jura ou ailleurs dans le monde.

En questionnant les consommateurs et les citoyens sur leurs habitudes de consommation et en mettant l’économie circulaire et locale, une économie éthique et la décroissance au coeur des réflexions.

En réduisant la consommation d’emballage et en favorisant les commerçants locaux tout en portant l’attention sur les effets sur le climat et l’environnement des déchets produits.


L'action "Cabas solidaires" s'inscrit dans un engagement qui se veut citoyen, local et solidaire. Pour l'encourager, le conseil communal propose une carte de fidélité qui sera timbrée à chaque fois qu'un.e client.e renoncera à utiliser des emballages plastique ou papier chez les cinq commerçants partenaires de cette action :

- Boucherie Gatherat
- Boulangerie Roelli
- Station-Service "La Fleur de Lys"
- Station Shop Jubin
- Station-essence Shell

La carte complète peut être échangée au bureau communal contre un bon d'une valeur de Fr. 20.-- valable chez les cinq commerçants partenaires de Boncourt.

Les « Cabas écosolidaires » sont disponibles chez les commerçants de Boncourt « à prix libre ». Votre contribution servira à créer un jardin d’herbes aromatiques pour la communauté villageoise.

En savoir plus sur le prix libre

Découvrir D À Coudre

Les plastiques en Suisse

df

Un monde sous vie à voir un jour à Boncourt

Solutions locales, mondiales et vitales !

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté du
17 octobre, Emmaüs International publie son 1er rapport mondial pour des solutions locales, mondiales et vitales !

Ce rapport présente des actions concrètes et pragmatiques pour enrayer un système profondément inégalitaire qui s’accentue, détruit la planète, fait reculer la démocratie et violente le monde. Emmaüs Jura, avec les 424 autres organisations du mouvement, s’engage pour inciter chacun et chacune à agir collectivement en partant de 3 exigences pour sortir durablement de la pauvreté :

  • Impliquer les personnes vulnérables pour qu’elles aient une place à part entière dans la société – car on ne bâtit pas une société durable sur la peur, le repli, le rejet ou la domination.
  • Placer l’intérêt général au cœur des politiques publiques – sans justice sociale, la liberté et la paix ne sont qu’une illusion éphémère.
  • Construire une économie qui soit réellement au service de l’être humain et de son environnement – d’autres modèles existent et la pandémie actuelle est une preuve évidente de cette nécessité.

« Mes amis au secours »

« Mes amis au secours », tels furent les premiers mots de l’appel de l’abbé Pierre fondateur des communautés Emmaüs, à la population française en février 1954. Cet appel déclencha une insurrection de la bonté et de l’intelligence sans précédent, confrontant par là même les décideurs politiques à leur inaction face au contexte de grande pauvreté et de mal-logement.

Emmaüs Jura est convaincue qu’assurer notre avenir dépend de notre capacité à le construire ensemble et solidairement, avec les plus exclu.e.s : nous devons prendre conscience de nos interdépendances et en prendre soin.

Partout, il est de notre devoir d’interpeller les détenteurs du pouvoir et les puissants pour l’environnement, la dignité humaine, la justice sociale et l’avenir de la démocratie ! Nous avons besoin de porter la voix, notre voix, vos voix !

Votre voix compte ! Faites-la entendre en rejoignant cet appel pour que le devoir de partage devienne la boussole de ceux qui détiennent le pouvoir et les puissants.

Voeux 2020

Joyeux Noël et bonne Année 2020

Noël approche et nous vivons les derniers jours de cette année 2019 qui a été riche à tous points de vue. Ce qui reste le plus important, ce sont toutes ces rencontres et ces opportunités de partage et de fraternité qui nous sont offertes.

Bénévoles, membres du comité, ami.e.s, client.e.s, partenaires, citoyen.ne.s du Monde : toute l’équipe d’Emmaüs-Jura vous remercie de votre aide et de votre collaboration. Nous vous souhaitons, ainsi qu’à vos proches, de Joyeuses Fêtes et une bonne Année 2020.

Ouvrir notre carte de voeux animée (cliquez pour avancer)

Certificat d’éco-solidarité

Original : lyzadanger Travail dérivé : Diliffhttps://www.flickr.com/photos/lyza/49545547 CC BY-SA 2.0

Emmaüs-Jura propose le certificat d’éco-solidarité pour promouvoir des achats responsables et attirer l’attention sur notre consommation effrénée d’objet de toute sorte. Les consommateurs et les commerçants peuvent se joindre à cette action en utilisant des emballages issus du recyclage.

Depuis 70 ans les membres du mouvement Emmaüs et leurs alliés mettent en œuvre localement des activités économiques pour les plus exclus et l’accès aux droits fondamentaux de chacun. À travers ces actions collectives ils démontrent ensemble qu’il existe des alternatives crédibles aux situations d’injustice.

Un achat peut aussi être un moyen politique d’exprimer sa volonté de changer les structures d’une société qui se perd dans l’excès et l’injustice. Oui, un achat peut être éco-solidaire. C’est un acte économique qui permet de transférer de la richesse à ceux et celles qui ont travaillé pour mettre l’objet désiré à notre disposition. Un achat chez Emmaüs est aussi un acte citoyen qui contribue à préserver notre environnement et à réduire l’impact sur le climat en remettant dans le circuit des biens déjà produits, économisant ainsi les ressources naturelles. C’est un acte économique qui procure du travail et favorise l’économie locale. Enfin, c’est un acte de solidarité qui permet “d’aider à aider” et contribue à provoquer des changements.

Des emballages (furoshiki) fabriqués par nos bénévoles à partir de tissus recyclés sont disponibles dans notre magasin à l’occasion de la vente spéciale de noël qui aura lieu le samedi 7 décembre 2019. Ces emballages ainsi que le certificat d’éco-solidarité sont également mis à la disposition des commerces qui souhaitent soutenir le mouvement en respectant la charte d’utilisation.

Pour en savoir plus :
Eco-solidiraté chez Emmaüs-Jura
Charte d’utilisation des Certificats d’éco-solidarité
Seconde-main sous le sapin

Dans les médias :
Le Quotidien Jurassien : lire l’article

%d blogueurs aiment cette page :