Oui à l’initiative 99 %

La fédération Emmaüs Suisse et Emmaüs Jura soutiennent l’initiative populaire fédérale « Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital ».

Parmi les combats d’Emmaüs figure une économie éthique et solidaire avec la redistribution des richesses, la construction et la défense des biens communs.

Une initiative favorable au climat

En 2020 un rapport de l’ONU indiquait que les 10% les plus riches étaient responsables de 48 % des émissions de gaz à effet de serre.

Une initiative pour plus d’équité et de justice

Aujourd’hui en Suisse, le 1 % des personnes les plus riches possèdent plus de 43 % de la fortune totale. L’écart entre les plus riches et les plus pauvres se creusent d’année en année.

Rien ne justifie de telles proportions, ni sur le plan économique, ni sur le plan éthique !

Voter OUI à l’initiative 99% pour « servir premier le plus souffrant »

Même les riches, désormais, découvrent fragile leur richesse. Pour tenter de la conserver, ils s’acharnent (consciemment ou inconsciemment) à rendre les pauvres toujours plus pauvres.

Abbé Pierre

En savoir plus

Il est moins une !

Vendredi 21 mai à 11h59, un peu partout en Suisse, des habitant.e.s lanceront une alarme climatique pour rappeler qu’il n’y a plus de temps à perdre pour espérer réduire les effets du réchauffement. Des groupes, dont Emmaüs Jura, réunis sous la bannière de la «Grève pour l’Avenir», se mobiliseront pour une manifestation à Delémont dès 17h30.

Le mouvement Emmaüs mène de longue date le combat pour une justice sociale et environnementale garantissant un avenir durable. Constatant plusieurs convergences du manifeste de la Grève pour l’Avenir avec ses propres valeurs et principes d’action, Emmaüs Jura a rejoint le collectif et soutien son appel et ses revendications.

https://i2.wp.com/www.emmaus-international.org/images/combats/justice-sociale-environnementale/titre-page-justice-sociale-environnementaleBIS.jpg?w=525&ssl=1

Emmaüs Jura, ainsi que toutes les organisations appartenant au mouvement d’Emmaüs international, luttent aux côtés des plus exclu.e.s pour :


  • La création d’une conscience citoyenne et politique face à la crise sociale, écologique, morale et économique.
  • La construction et la protection d’un monde durable qui garantit des droits sociaux à tous sans prélever à la planète plus de ressources qu’elle ne peut en régénérer.
  • La démocratisation des systèmes de décision publique afin que les exclu-e-s se trouvent au centre des solutions et des politiques.
  • Une véritable justice écologique : par un accès juste aux ressources naturelles et la souveraineté des peuples sur celles-ci, et par la responsabilité civile et pénale des États ou des acteurs économiques responsables des spoliations, des pollutions, des violations du droit…
  • La souveraineté alimentaire et l’agroécologie, qui respectent le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite selon des méthodes durables.

Un travail pour chacun.e

Parmi les défis d’une nécessaire transition écologique, figure le travail pour l’accès aux droits fondamentaux et la satisfaction des besoins essentiels à la dignité de chacun et de chacune.

La transition écologique est inévitable. Frugalité, sobriété et partage seront nécessaires. Ne nous illusionnons pas ! Ce sera difficile et non sans risque. Un des principaux défis est de garantir à toutes et tous la satisfaction des besoins essentiels à la dignité. Parmi ces besoins le travail.

Le travail, c’est ce par quoi nous pouvons contribuer à l’accomplissement de la société humaine et vivre dignement. Le travail est intimement lié au partage et à la solidarité. C’est la reconnaissance et l’inclusion dans notre société de tous les individus en mesure, selon leurs forces, de participer au maintien d’une vie collective durable.

La transition écologique sera certes difficile et pleine d’inconnus. Mais les nouvelles activités nécessaires à cette transition sont autant d’opportunités d’éviter une catastrophe sociale qui s’ajouterait à une catastrophe environnementale ! C’est la possibilité de soutenir des activités qui rendent les individus autonomes. C’est le pouvoir d’aider ou d’aider à aider ceux et celles qui ont besoin de soins et d’attention, passagèrement ou définitivement.

Le «modèle Emmaüs» et le revenu de transition écologique (RTE)

Depuis près de 70 ans Emmaüs a développé son modèle d’aide par le travail en accueillant inconditionnellement les personnes en difficulté pour leur permettre de retrouver une place dans la société. L’approche est simple : placer les individus en position d’acteur d’un projet. Mobiliser leurs compétences, en fonction de leurs capacités. Donner ainsi la possibilité de contribuer à la création de richesses communes et partagées. Toutes ces activités contribuent à un objectif : servir premier les plus souffrants.

Le groupe Emmaüs se rassemble pour la marche de la Grève pour l’Avenir, Delémont, le 21.05.21

Aujourd’hui, à l’heure où une personne sur quatre dans le Jura risque de basculer dans la précarité ; où un changement de cap économique, agronomique, consumériste et morale est plus que jamais urgent et nécessaire ; des solutions existent. Un exemple est le revenu de transition écologique qui permet de créer un écosystème durable et résilient en s’appuyant sur les compétences des personnes et en mettant en commun les savoir-faire, les connaissances et les multiples talents. Le revenu de transition écologique a fait l’objet d’un postulat au Parlement jurassien. Exigeons des politiques qu’ils soutiennent cette innovation sociale comme ils le feraient pour une innovation «high-tech» ou industrielle.

En tant que « provocateur de changement » Emmaüs Jura, avec d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire comme par exemples Caritas Jura, la FRC, et tant d’autres, s’engage pour démontrer que grâce aux innovations sociales, aux communs et à la solidarité notre Avenir, peut être durable et vivable pour nous tous dans la sobriété et la solidarité.

C’est possible. N’attendons plus ! Il est moins une !

(Texte adapté de l’allocution du 21 mai 2021 à l’occasion de Marche pour l’Avenir à Delémont)

Le groupe Emmaüsdans la marche de la Grève pour l’Avenir, Delémont, le 21.05.21

Le travail est une des conditions de la dignité humaine, de la possibilité pour l’homme de conquérir sa liberté.

Abbé Pierre

Responsabilité et justice

Pour Emmaüs, la responsabilité et la justice font partie des valeurs cardinales de notre mouvement. Une économie éthique et solidaire pour l’accès aux droits fondamentaux est un des combats que nous menons au quotidien. En Suisse, chaque citoyen.ne.s a l’occasion de s’engager concrètement pour plus de justice en votant OUI à l’initiative pour des multinationales responsables le 29 novembre 2020.

Notre modèle économique actuel ne met pas la priorité sur les droits humains, il détruit les liens sociaux, les solidarités et nos écosystèmes. Nous citoyen.ne.s avons rarement l’occasion d’influencer ou de modifier la façon dont nous vivons ensemble au niveau global. Voter OUI le 29 novembre est une chance unique de pouvoir modifier la tendance !

Découvrir pourquoi nous ne pouvons pas profiter d’une économie injuste et inégalitaire…

Membres du mouvement, ami.e.s, alliés, partenaires, soutenez l’initiative pour des multinationales responsables. Aucun bien-être, aucune situation économique, aucun avantage sociétal ne peut exister sur le dos des plus démunis et des plus souffrant.e.s. Informez-vous, découvrez et agissez !

Le documentaire qui montre quelques exemples concrets…

Liens :
Site de la fédération Emmaüs Suisse
Site d’Emmaüs International
Liste des soutiens à l’initiative pour des multinationales responsables

Qui oserait dire qu’il y a démocratie là où, fût-ce par suffrage universel, des majorités décident le soutien, dans la nation, des privilèges et, dans l’univers, de convoitises ou insensibilités nationales?

Abbé Pierre, La misère juge le monde, 1947-1951)

Les tiers-lieux sont une richesse pour tous !

Dans le Jura, existent plusieurs lieux où le partage, le vivre-ensemble, la solidarité et bien d’autres valeurs essentielles à nos communautés locales peuvent être vécues. Toutes ces valeurs font partie de l’ADN du mouvement Emmaüs.

A Delémont existe depuis cinq ans « La Cantine« . Ce tiers-lieux présente de nombreux point de convergences avec les valeurs et la vision du monde de notre mouvement. Malheureusement cet endroit de création et de partage risque de disparaître. L’avenir de la Cantine dépend d’une décision du tribunal cantonal qui tombera tout prochainement. Ce lieu autogéré de cultures et d’artisanat est menacé par son propriétaire qui veut rompre le bail à tout prix.

Il y a certainement des solutions pour que la Cantine perdure. Une entreprise innovante et soucieuse de son intégration dans le tissu social doit pouvoir prendre conscience des opportunités qu’offre pour elle la location d’un bâtiment animé et activement positif.

Une manifestation aura lieu le samedi 5 septembre en marque de soutien.

Dans la peau d’un réfugié

Le 20 juin est la journée mondiale des réfugiés. Chaque minute, 20 personnes doivent tout abandonner pour échapper à la guerre, à la persécution et à la terreur ou les désastres dus au dérèglement climatique.

Cette journée est aussi l’occasion pour chacun de réfléchir à ces valeurs que sont l’accueil et l’hospitalité. Faire preuve d’empathie s’est se mettre pour un moment à la place de l’autre. La Confédération donne la possibilité de se glisser dans la peau de réfugiés et de mieux comprendre ce qu’ils vivent. L’installation digitale «Fuir» nous plonge dans une visite virtuelle qui nous conduit à travers des images, des faits mais aussi des histoires personnelles…

Chez Emmaüs nous menons des initiatives de sensibilisation et d’interpellation afin de construire un monde de paix, d’entraide et de solidarité. L’accueil des plus vulnérables, la dénonciation de tous les actes et les politiques qui portent atteinte aux libertés fondamentales des personnes ou la lutte contre le racisme et toutes les discriminations font partie des actions que les membres et ami.e.s d’Emmaüs sont encouragé.e.s à mener chaque fois que l’occasion se présente.

Plus d’informations :
Emmaüs International
Secrétariat d’Etat aux migrations
Nations Unies

Alarme climatique et justice environnementale

À 11h59, l’alarme climatique prouvera que la crise climatique n’attend pas ! Emmaüs Jura sonnera l’alarme avec ses ami.e.s et ses partenaires. Rejoignez-nous à Boncourt !

La pandémie qui nous a tant perturbé n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend à cause de la crise climatique qu’une petite partie de l’Humanité a déclenchée.

Aussi bien dans le cas de la covid-19 que dans celui du dérèglement climatique ce sont les plus pauvres, les plus souffrants et les plus exclus qui payeront le prix fort. Nous sommes toutes et tous responsables de changer nos comportements et d’agir partout où nous le pouvons y compris dans la sphère politique. Comme pour la crise du coronavirus nous avons besoin de solidarité.

Engageons-nous et exigeons !
Exigeons de nos dirigeant.e.s et de nos autorités qu’elles agissent pour réduire les inégalités. Qu’elles mettent en place, concrètement, sincèrement et fraternellement les mesures pour une justice sociale et environnementale qui préservent la vie sur Terre.

Autres acteurs

L’alarme climatique a été sonnées à 11h59 chez Emmaüs Jura ! Merci aux participant-e-s.
photo: Licence Copyleft - eglisedemontbazon_Cirotte_Nicolas_1

Rester à la maison

Rester à la maison c’est ce que tout le monde devrait pouvoir faire pour lutter contre la propagation du coronavirus. Oui, mais comment fait-on quand on est sans domicile et sans toit ?

La Fédération Emmaüs se joint à l’appel des Autorités pour inciter chacun.e à rester chez soi et contribuer ainsi concrètement à l’endiguement de la pandémie de coronavirus. Éviter le plus possible la propagation en « auto-limitant » ses contacts physiques et en respectant les exhortations des autorités est un acte de solidarité et de citoyenneté précieux. C’est aussi se protéger et éviter ainsi de prendre une place dans le système sanitaire qui serait utile à un.e plus souffrant.e que nous.

Traditionnellement le mouvement Emmaüs cultive l’accueil inconditionnel car personne ne doit rester sans toit, sans liens et sans ressources. En Suisse nous ne disposons pas de données précises concernant les personnes à la rue. Il n’empêche que ces hommes, ces femmes et ces enfants vivent, existent et sont là. Que dire de la situation dans d’autres pays et régions du monde ? Cet hiver, en France, à moins de 30 km d’Emmaüs Jura, une quarantaine de familles (donc aussi des enfants) n’avaient pas de solutions d’hébergement convenable. Que deviennent tous ces enfants, ces femmes et ces hommes entassé.e.s dans la promiscuité de ces nombreux camps que nous tolérons honteusement et oublions dans cette crise qui nous touche aujourd’hui ?

Cette pandémie nousmarque toutes et tous. Mais comme toutes les crises elle est aussi une opportunité pour les plus riches de devenir encore plus riches. Encore une fois ce sont les plus pauvres, les plus démuni.e.s et les plus exclu.e.s qui en payeront le prix… ou pas. A nous tous et toutes de profiter de changer cette logique. Dès maintenant.

Les femmes sans abris en Suisse article du Temps

Sans abris en Suisse article du Temps

Sans abri et épidémie que faire ? Fondation Jean Jaurès

Coronavirus et camps de réfugiés article d’Euronews